Et si c’était l’enfance qui détenait le don de sagesse ?

« C’est peut-être l’enfance qui approche le plus de la “vraie vie”. »
André Breton
Et si c’était l’enfance qui détenait le don de sagesse ?
Pour Novalis, « où est l’enfance est l’âge d’or ».Et Blaise Pascal prétendait que « la sagesse nous envoie à l’enfance ». Pourquoi cette apologie de l’enfance, alors que cette période de la vie n’est pas un aboutissement mais un devenir ? Peut-être parce que l’enfance est l’âge des premières fois, et que c’est dans l’inaugural que nous donnons le meilleur de nous-mêmes. En effet, c’est alors que notre attention est le plus instamment conviée, et que nos qualités sont le plus expressément sollicitées dans leur singularité, loin de tout conformisme. C’est donc l’âge de l’éveil — des éveils successifs, devrait-on dire. Or, être en éveil, n’est-ce pas précisément être vivant ? Cet esprit d’enfance est érodé par l’usure de l’émerveillement, par la répétition des jours, des habitudes et des actes. À moins que nous ne soyons tout à fait vigilants, au point de retrouver cette fraîcheur et ce bienheureux appétit de vivre.
François Garagnon

Auteur du best-seller « Jade et les sacrés mystères de la vie »
Dernier livre paru : « Tout ce qui est séparé du divin est vain »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *