De la relation

« La vraie difficulté de la relation est de trouver le point d’équilibre entre la bonne distance et la bonne proximité. »
 Jean-Marie Petitclerc
La confiance est le préambule de toute relation humaine claire, saine et durable. Elle nous permet d’avoir une attitude juste (dans le double sens de justesse et de justice), et de rester dans la proximité des liens sans craindre ni l’éloignement ni l’absence. Rien de plus délicat que de fonder une relation qui établit ce modus vivendi idéal : savoir être très proche, tout en respectant l’indépendance de l’autre. Jusqu’à l’intimité de la relation, accepter l’étrangeté de l’autre, ses mystères, toute sa part d’imprévisible qui nous échappe. Comprendre ce mystère familier des mystiques :  la présence peut s’exprimer dans l’absence, et la parole dans le silence. L’alternance de l’intimité et de la distance est indispensable à la croissance des plus purs sentiments comme des plus beaux élans de l’esprit. Paradoxalement, l’éloignement s’avère bien plus constructif et plus fécond que la passion fusionnelle, en permettant le recul indispensable à l’exercice du discernement. Regardez deux arbres au bord du chemin comme ils s’épanouissent bien et sont beaux ensemble s’ils peuvent croître à la bonne distance l’un de l’autre, ni trop loin, ni trop près, afin de ne pas se porter ombrage… En les observant bien, on les découvre à la fois distincts, indépendants et inséparables.
François Garagnon

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *